La banque du temps ! Tic, Tac…

Prenez du temps pour vous

La banque du temps : Imaginez que chaque matin, une banque vous ouvre un compte de 86400 EUR. Simplement, il y a deux règles à respecter.
La première règle est que tout ce que vous n’avez pas dépensé dans la journée vous est enlevé le soir. Vous ne pouvez pas tricher, vous ne pouvez pas virer cet argent sur un autre compte, vous ne pouvez que le dépenser. Mais chaque matin au réveil, la banque vous rouvre un nouveau compte, avec à nouveau 86400 EUR pour la journée.
Deuxième règle : la banque peut interrompre ce « jeu » sans préavis; à n’importe quel moment elle peut vous dire que c’est fini, qu’elle ferme le compte et qu’il n’y en aura pas d’autre.
Que feriez-vous ?
A mon avis, vous dépenseriez chaque euro à vous faire plaisir, et à offrir quantité de cadeaux aux gens que vous aimez. Vous feriez en sorte d’utiliser chaque euro pour apporter du bonheur dans votre vie et dans celle de ceux qui vous entourent.
Cette banque magique, nous l’avons tous, c’est le temps ! Chaque matin, au réveil, nous sommes crédités de 86400 secondes de vie pour la journée, et lorsque nous nous endormons le soir, il n’y a pas de report. Ce qui n’a pas été vécu dans la journée est perdu, hier vient de passer. Chaque matin, cette magie recommence.
Nous jouons avec cette règle incontournable : la banque peut fermer notre compte à n’importe quel moment, sans aucun préavis. A tout moment, la vie peut s’arrêter.
Alors… que faisons-nous de nos 86400 secondes quotidiennes ?

Le jour où je me suis vraiment aimé-Charlie Chaplin

A partager absolument !
Le jour où je me suis vraiment aimé
Le texte suivant a été écrit par l’inoubliable Charlie Chaplin.

Le jour où je me suis vraiment aimé

Le jour où je me suis vraiment aimé, j’ai compris qu’en toutes circonstances, j’étais à la bonne place, au bon moment. Et, alors, j’ai pu me détendre. Aujourd’hui je sais que ça s’appelle… Estime de soi.

Le jour où je me suis vraiment aimé, j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle, n’étaient rien d’autre qu’un signal quand je vais contre mes convictions. Aujourd’hui je sais que ça s’appelle… Authenticité.

Le jour où je me suis vraiment aimé, j’ai cessé de vouloir une vie différente et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive, contribue à ma croissance personnelle. Aujourd’hui je sais que ça s’appelle… Maturité.

Le jour où je me suis vraiment aimé, j’ai commencé à percevoir l’abus dans le fait de forcer une situation ou une personne, dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment… Aujourd’hui je sais que ça s’appelle… Respect.

Le jour où je me suis vraiment aimé, j’ai commencé à me libérer de tout ce qui ne m’était pas salutaire, personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie. Au début, ma raison appelait ça de l’égoïsme. Aujourd’hui je sais que ça s’appelle… Amour propre.

Le jour où je me suis vraiment aimé, j’ai cessé d’avoir peur du temps libre et j’ai arrêté de faire de grands plans, j’ai abandonné les méga-projets du futur. Aujourd’hui je fais ce qui est correct, ce que j’aime, quand ça me plaît et à mon rythme. Aujourd’hui je sais que ça s’appelle… Simplicité.

Le jour où je me suis vraiment aimé, j’ai cessé de chercher à toujours avoir raison, et me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé. Aujourd’hui j’ai découvert… l’Humilité.

Le jour où je me suis vraiment aimé, j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir. Aujourd’hui je vis au présent, là où toute la vie se passe. Aujourd’hui je vis une seule journée à la fois. Et ça s’appelle… Plénitude.

Le jour où je me suis vraiment aimé, j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir. Mais si je la mets au service de mon cœur, elle devient une alliée très précieuse ! Tout ceci est… Savoir vivre !

Nous ne devons pas avoir peur de nous regarder en face.

Du chaos naissent les étoiles.

Capture d’écran 2014-11-10 à 20.33.46

Je vous souhaites d’être vous – Jacques Brel

Les vœux de Jacques BREL, 1er janvier 1968 (Europe 1)

Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques uns. Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier. Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences, Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants. Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque, Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux, car le bonheur est notre destin véritableCapture d’écran 2014-11-10 à 20.28.56